Voyages

Décembre 2003

 
    L’enfant qui dort
    La mère qui veille
    Dans le sommeil
    Ni vie ni mort.
 
    Ce qui est dit
    La Vérité
    Est effacé ;
    Plus que la Nuit.
 
    Néant profond
    Apaisant gouffre
    Où l’on s’engouffre
    Et perd son nom.
 
    La Nuit nous berce
    Chant de la Lune
    Court dans les dunes
    Une caresse.
 
      Fichier hébergé par Archive-Host.com
Encore un fond de fond de tiroir, fond de mémoire… quatre ans déjà (à mémoire approximative, casse et ponctuation approximatives). L’original était assorti d’un visage sombre contre la lumière d’une bougie (rien qui vaille un Delaunay : Soleil, lune, [contraste] simultané 2).
 
 
 
Publicités
Par défaut