Plastique, Voyages

7 avril 2015

Frederick Childe Hassam - Lilies 2Frederick Childe Hassam, Lilies 2

 

Elle a passé comme une pluie
Sur moi la nuit
M’a arrosé
L’âme et laissée désaltérée

Comme un étang
Où les nymphéas tremblotants
Trempent leur plume en s’avisant :
C’est le printemps

Pareille à un pré dépeuplé
Sous la rosée
Mon âme luit
Claire comme un onyx poli

Par défaut
Voyages

16 juillet 2006

Sur la mer un bateau
Un bateau tout léger
tout léger comme plume
Comme plume emportée
Emportée par le vent
Par le vent qui me dit
Qui me dit Je ne suis
Je ne suis que le vent
Que le vent de l’été
De l’été, si j’en veux
Si j’en veux accrocher
Accrocher aux fenêtres
Assoupies et glacées
De mon palais d’hiver
Mais, dis-je, je sais bien
Que tu n’es pas le vent
Tu n’es que le temps qui
Me propose, cruel,
Un bel été si plein
De soleil et de mer
De danses et de baignades
De chants et de marées
De rires insouciants
Comme de cris de mouettes
Que tu veux que j’oublie
Qu’il doit finir un jour
Que tu viendras vite
Reprendre ton été
Oui, je sais tout cela
Mais je ne te vois plus
Et je ne t’entends pas
Tiens, au fait, qui es-tu ?
Je n’entends que le chant
Que le chant doux des vagues
Doux des vagues, Si doux que
Si doux que quelque chose
Quelque chose m’échappe
M’échappe pour filer
Pour filer doucement
Doucement dans le sable
Dans le sable allongée,
Allongée, j’aperçois
J’aperçois sur la mer…

TBODY>

</DIV& gt;








</
Par défaut