Voyages

5 février 2018 – Avant-nuit au parc

 

Malgré des pudeurs d’accin
Le portail laisse filer
Des lueurs de majesté :

Flamboyant comme un espoir,
Cérémonieusement l’astre
Salue la cour des pilastres ;

L’étang cerné de calcin
s’ouvre d’où, ardent, altier,
Un jet s’élance, esseulé ;

Cité grise à contre-soir,
Un labyrinthe sylvestre
Mime des masses alpestres.

Glissent le long des bassins
Esprits des jours oubliés,
Rires au bord des allées ;

Dans les liquides miroirs
Jouent d’aquatiles enfants
Morts il y a trois cents ans ;

Il se répand, indistincts,
Des songes empoisonnés
Où s’ébrouent faune et napée ;

Quand la sorgue vient s’asseoir,
Que luit le dernier or vieux,
Retentit le chœur des freux.

Sceaux 04-02-2018 -03-

Publicités
Par défaut
Musique, Voyages

29 janvier 2014 – Aria marine

 

(Récitatif)

Dans l’air un dernier frisson
Dans ses yeux
Le reflet de l’astre
S’éteint
Voici
Voici la mer qui vient
Ses vieux
Bras comme des pilastres
Roulant vers sa moisson
Chancie.

 

(Air)

Immensité phosphorescente
À l’horizon encore mouillé
De rouges courbes maquillé,
Elle s’apprête, calme et lente ;

En face, une main dans le sable
Crispée comme sur un trésor,
Assis, le dos droit contre l’or
Du roc, l’homme attend l’ineffable ; 

De curieuses vapeurs d’étoile
Floutant l’angle de son regard
Échouent à dévier le dard
De son œil plongé dans la toile ;

L’homme contemple la beauté
Du soir sien qui répand, vainqueur,
Le nectar versé de son cœur
Peignant au doigt le ciel d’été.

L’immensité se fait tremblante ;
L’ombre dans son dos s’est brouillée ;
L’éclat du granite a rouillé ;
Sonne l’heure phosphorescente !

La sarabande des étoiles
Foule à présent ses yeux hagards
Qu’un baiser rougit de ses fards ;
L’homme a un sourire, qui se voile.

Empli du désir périssable,
Vif et bref, d’embrasser encore,
Son œil s’embrase et il adore
Plus loin que l’eau infranchissable ;

Pour toujours la nuit est montée,
Lavant la main de sang souillée
Dans la mer, temple agenouillé,
Phosphorescente immensité.

 

Par défaut