Non classé

13 juin 2013 – Impressions d’un retour

La terre est une épaule
Qui attend arrondie
Le baiser
La morsure du soleil

Les nuages cette griffure
Inversée
Souris de fumée

Vers Nantes nuages
Enceints
Épongeant les lueurs
Filamenteuses
De l’horizon

À nouveau bocages
Petits  champs
Pommelés
Dans le secret des arbres
Ramures
Du ruisseau

Longé le bruit
D’un camion
Beige
Et jaune, ocre
Sa benne oxydée

Naît une dentelle
De pluie sur
La vitre
Tissée de
Haut
Devant
Et il n’y a plus
D’horizon.

Publicités
Par défaut
Divertissement, Voyages

13 janvier 2013

I.

J’aurais voulu une écriture « rayonnante », qu’il suffit d’imaginer.

Nageons seuls (sur la lune) en rêvant aux jours meilleurs

Qui (pardon pour la semelle épaisse et qui fait mal)

Viendront (douleur d’avancer) flottant sur le canal

Carpien (l’horizon versé), retour à l’envoyeur,

De rayons (de poussière levée) tombés d’ailleurs

Sur notre ombre (abîmée), que jette un ondin fanal,

Où se profilent (sort) d’odieux poissons d’argent sale

Chaque soir (jeté) que nous, pétris de couleurs,

II.

Laisser le silence ——————- de la raison ——————————————— obstruée
——————— emplir ————————- jusqu’à ce —————— totalement —————.
—————————— les voies ————————— qu’elles soient ————————–-s

Par défaut
Divertissement, Non classé

Samedi 3 mars 2012 – Pour Enfances

Qui n’aime à se griser de ces tendres regards

Retournés – croit-on – vers cette époque embellie

Par des parures d’or, et rêvée si jolie ?

Pour soi-même l’on a de curieux égards…

À tendre de vertes tentures l’on s’égare,

Entre lesquelles joue un pantin dépoli ;

Voulant qu’en son décor, l’insouciance ait pâli,

D’innocents coloris on l’anime, mais gare !

C’est que ce petit corps pendu à des poulies

– Notre re-création – n’incarne que l’oubli

D’entraves juvéniles ôtées au fil des gares.

L’inconscience a vécu ; le temps s’est établi,

La force originelle, intacte, entre ses plis ;

Libre de nostalgie, l’horizon se bigarre.

Par défaut
Voyages

27 décembre 2007

 
Le soleil montera de la terre endormie
Les yeux fixés
Vers l’aube grise
J’aurai laissé
Passer la brise
– Elle est passée.
Le brouillard gommera quelques formes amies
Le corps lancé
Vers l’avenir
J’aurai forcé
l’erre à venir
– Elle s’est pressée.
Le roc se fermera après mon infamie
Pieds déchaussés
De leur prison
J’aurai glissé
Vers l’horizon
– Il est blessé.
 
 
Par défaut