Santé et bien-être, Voyages

Des éclairs de lumière en arrière (16 avril 2008)

Je me suis trouvée. Ce n’était pas moi dans le miroir ! puisque mon reflet ne ment pas. J’ai enfin compris à quel point je suis hypocrite, oh je mens par omission, tout le temps, à moi même, mais pas seulement. Je fais comme s’il y avait tout où il n’y a rien – et comme s’il n’y avait rien ! là où il y a quelque chose. Raturez-moi. Je suis la championne du compromis et de la compromission – voyez ce que je fais de ma haine même des compromis. Je suis vaine, réaliste aspirante idéaliste. Il y a trop de murs, trop près – et le plafond aussi ! Non je ne panique pas non à rien cela ne sert non. Je dis il n’y a pas de mur je vais tout droit regardez je suis claire et précise et franche et je ne recule pas. Je pense il y a peut-être quelque chose derrière le mur comment savoir à quoi bon. Je fais mon chemin droit ! dans le mur. Boum. Boum. Boum. Une automate sinistre et risible. La résignation n’est pas loin ! La fierté vaut-elle quelque chose – ou rien – ou tout – droit ! – ? Pas de trêve. Qui sait ce que j’omets encore d’écrire ? Psst ! – demandez au miroir. Il est trop tard pour moi.
Quand avez vous perdu de vue que le bonheur pouvait être le plus important ?
Publicités
Par défaut