Autres, Musique, Voyages

9 mars 2012

 – 

Ce soir les années ont passé

Il faisait beau dans le miroir

Qui doit être au fond d’un tiroir

Si j’avais su j’aurais dansé

Quand les rideaux étaient tirés

J’aurais branché le tournedisque

Mis vingt centimètres de risque

Sur ma nuque un ruban doré

Et avec Strauß ou bien Händel

Jacques Brel ou Boris Vian

Visage clos et souriant

Inventé un autre rondel ;

J’aurais déposé ma vieillesse

Moi, qui crevais de tant d’antans,

Encor bien loin de mes vingt ans

J’aurais feint la délicatesse

Flottante d’un ruban doré

Me serais rêvée odalisque

Lointaine comme un obélisque

Ou reine folle et adorée

Exhortée par des chants de liesse

Pour moi tous ces tambours battant

Et mes membres les écoutant

Obombrant le soir d’allégresse

Si je l’avais su éternel

J’en aurais fait un soir brillant

D’ombres chinoises, dépliant

Mendelssohn et Carlos Gardel

Déjà les vingt ans trépassés

Mon œil est toujours aussi noir

C’est ce qu’en dirait le miroir

Si sa glace n’avait cassé.

– 

Publicités
Par défaut
Voyages

10 septembre 2006

Je vis, je parle, je ris ;
Mon nom est gravé à la crête des vagues
Inscrit dans le creux des vents
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai mille noms et plus encore
Je pleure, je crie, je meurs ;
Mon nom est martelé sur la brume
Au fer rouge sur la pierre
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai cent noms et plus encore
Je pense, je rêve, je danse ;
Mon nom est tracé au bord de la dune
Calligraphié dans l’eau vive
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai dix noms et plus encore
Je chante, je vole, je hante ;
Mon nom est imprimé au bout des flammes
Murmuré au cœur de la terre
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai volé son nom à la mort.
Par défaut