Non classé

13 janvier 2014

 

I.

Dans cette main vide il y a
Un creux
Deux fois deux fois deux années
Tassées
Qui se déplient comme des voiles
La barque
N’est pas au port, ni le pin, mât
Puis les
Années fusent et sont passées
Dans cette main vide il y a
Un mur
Du plomb dont on fait les bourdons
Muet
Gaspillage d’un ciel de lait
Dans cette main vide il y a
Un lac

II.

 

Passant la main sur un mur mouillé
Je rencontrerai des épines
Je tremblerai doucement de peur
Qu’elles me déchirent la peau
(Cette peau neuve et non
Encore éprouvée)
Et en me guidant au son
De la pluie ruisselante je
Trouverai les roses les yeux
Fermés palpitantes de couleur
Inconnue prête à se diluer
Et j’écouterai :
Faudra-t-il cueillir les
Roses ? Je ne sais.
Les épines me diront ;
Je saurai.

Publicités
Par défaut
Voyages

26 août 2009

Parfum

-ci, parfum-là,

tendre parfum, amer,

Si brillant et si clair, parfum sombre en dedans,

Splendeur lisse, long parfum creux comme la mer

Enlaçant la nuque, parfum, plante tes dents.

Gracieux parfum, terrible,

ô Parfum, ô

parfait, Embrassant tout, parfum, envahisseur sommaire,

Généreux à foison, parfum au prompt méfait,

Tes floues promesses, parfum, ne sont que chimères.

Une odeur, un instant ; parfum, tu en peux quatre…

Tu bruis de flamboyance tue, parfum-hiver, Tu contes des arômes

à des peaux statuaires ; Parfum-jour-et-sommeil, puis

couleur-devant-l’âtre ; Parfum, peau d’âne et soie, du

soi rêvé faussaire ; Parfum : nid, fard, idole ;

perfide parfum… d’air.

 

Par défaut
Voyages

10 septembre 2006

Je vis, je parle, je ris ;
Mon nom est gravé à la crête des vagues
Inscrit dans le creux des vents
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai mille noms et plus encore
Je pleure, je crie, je meurs ;
Mon nom est martelé sur la brume
Au fer rouge sur la pierre
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai cent noms et plus encore
Je pense, je rêve, je danse ;
Mon nom est tracé au bord de la dune
Calligraphié dans l’eau vive
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai dix noms et plus encore
Je chante, je vole, je hante ;
Mon nom est imprimé au bout des flammes
Murmuré au cœur de la terre
J’ai un nom, j’ai deux noms, j’ai volé son nom à la mort.
Par défaut