Non classé

5 avril 2020 – une première phrase

Ce qui me revient en premier lieu lorsque j’évoque cette période, ce ne sont pas les actes minables de ceux qui craignaient d’oublier qu’ils étaient des individus, ce ne sont pas les mensonges éhontés déblatérés aux heures de grande écoute afin de calmer le souci légitime de ceux qui voyaient bien que les moyens manquaient, ce ne sont pas les tentatives de tirer la couverture à soi, non plus que les efforts invisibles de ceux qui avaient été forcés, avaient-ils dit avec une colère pudique, de faire un tri, non plus que le manque de considération ressenti par ceux qui étaient censés continuer à alimenter la machine économique et, plus prosaïquement, l’estomac avide des citoyens, non plus que les soins dont on s’était mis subitement à entourer proches et prochains, en partie pour ne pas s’appesantir sur ses propres inquiétudes ; certes, la colère, le chagrin, la peur, l’indignation, la sympathie font un passage fugace dans mes souvenirs ; ce qui est là, plus fort, plus large, c’est le vide : des rues, des places, des terrasses où, n’importe quelle autre année, touristes et locaux se fussent mêlés pour accueillir le rétablissement des beaux jours mais, cette fois, vides et immenses comme jamais elles ne s’étaient présentées à moi, même en morte saison, et ces trop nombreux volets tirés, ces heures de désœuvrement pour tous, qui n’osaient cependant pas troubler cette bizarre quiétude, le tout sous un ciel uniformément lumineux, pendant des jours et des jours ; bref, l’impression qui persista, entrecoupée d’îlots de normalité naufragée, était celle d’une ville déserte, et même morte, doublée, j’ai un peu honte de l’écrire, de la joie légère que suscitent les petites vacances chez l’enfant qui ne s’ennuie pas : la vie contrainte au présent, illimitée, sans certitudes et donc généralement sans obligations, libre enfin.
Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s