Non classé

3 octobre 2019

Il y avait dans ce grand soir humble et tranquille
Une étincelle, un feu invisible et luisant
Qui attirait vers lui les globules d’argent
Flottant dans les hauteurs où la nuit se défile ;

Il y avait dans l’alternance des humeurs,
– Qui allumait et rejetait dans le sommeil
Sur les froides joues l’aube aride de soleil –
Une constante alerte, un bandage du cœur ;

Les brises ravageaient la ténèbre immobile
Où croissaient les torpeurs et dormaient les géants,
Tandis qu’un feu de tourbe engouffrait en fumant
Les souvenirs du jour et des cris de la ville ;

La gorge pourtant roide et serrée de douleur
Semblait abandonnée à la paix de l’instant
Et les cils obscurcissaient des yeux trop ardents
– On écoutait rôder les lévriers hurleurs.

Par défaut

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s