Voyages

25 janvier 2018

Les bras tendus vers le printemps,
Je dérivais loin des passions
Et les grenouilles de l’étang
Gargouillaient de compréhension.

Mais la nuit glissait dans ma chair
Et mon cœur était un ravin
Où une à une se jetèrent
Des hyades au pleur divin.

Tous les acores de l’étang
Oscillaient comme une illusion ;
Dans leurs arômes entêtants
J’espérais la dépravation.

Les pluies nocturnes me brisèrent
Et j’attendis que la mort vînt
Mais elle rit de ma prière
Et le loriot s’en revint.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s