Non classé

24 février 2014

Chérissez l’ombre
Qui coulisse dans les portes
Et lèche le carrelage

Ôtez la poussière des meubles
Et de derrière les meubles
Pour que le vent ne s’y salisse

N’emplissez pas vos placards
N’y emplissez pas vos bocaux
N’en couvrez pas la table

Laissez le soleil tacher la nappe
Et les nuages, les cuillers
Regardez luire la chaise de bois

Si vous marchez dans le jardin,
Ne foulez pas deux fois la même herbe
Oubliez de surveiller certaines fleurs

Il faudra s’habituer à laisser de la place
À ceux qui vivent dans les empreintes
Et ne s’aventurent pas hors des miroirs

Lorsqu’ils passeront dans le monde sensible
Leur forme vous sera plus familière
Que tout ce qui vous fut compris

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s