Non classé

23 octobre 2014

Il voyage de part le monde
Des gens à l’âme sans repos
Et leur phalange vagabonde
Arrime aux pays sans drapeaux
Filins de montgolfières blondes

Il flotte au-dessus des chapeaux
Et coiffures des gens du monde
Des plafonds si lointains, si hauts
Qu’on y voit quand l’orage gronde
De chérubins l’aile indigo

Il circule à chaque seconde
Dans la mâture des bateaux
Cîme à l’aplomb de mers profondes
Les rumeurs des anciens hameaux
Dont la noyale aux vents abonde

Il est l’éther et il est l’onde
Et ondulant les grands roseaux
Qu’effleure la princière osmonde
Du passeur au chant des crapauds
Drainant aux plis des mappemondes

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s