Actualités et politique, Santé et bien-être, Voyages

1er janvier 2014

Un premier texte pour commencer deux-mil quatorze :

Le chat qui dort est une colline ;
Les herbes hautes grises et rousses
Sont d’une lune les jeunes pousses
Chassées par le frisson des narines ;

L’ample oreille se dresse, terrible
Orée du puits où l’énigme enclose
Gîte, sonore, en son ombre rose :
Bruissant dédale au corps du terril.

Huit âmes chasseresses dessinent
Une ronde pierre chaude et douce,
Une danse espiègle sous la mousse ;
Chat, spirale, veille – cairn et mine.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s