Autres, Santé et bien-être, Voyages

26 novembre 2013

 

Tes joues de novembre
Qui ren-
Contrent mes demi-jours éperdus
Et perpétuels ;

Ta chaleur feutrée,
Tes inquiétudes farouches,
Ta confiance
Absolues
Flottant dans ton
Regard
Fou
Et oblique ;

Tout ce qui passe
De gibier
Dans ton ventre endormi
Sur mes genoux
En rêve
Quand tu retrousses les
Babines et gentiment
Ta queue autour de mon
Bras froid
Encaméléone

Me font trembler
Le dos
Devant le lointain des
Jours sans toi.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s