Actualités et politique, Santé et bien-être, Simplement, Voyages

19 octobre 2013

Chaque train conduit le long de trains anciens et la pellicule de poussière et la terre des semelles et le creux unique des sièges souviennent des trains venus d’ailleurs et passés et partis morts peut-être caravanes de ferraille dégrisées où flottent entre les parfums d’huile et de lierre des feuilles tombantes qui en silence rappellent avoir aperçu le ris d’une nixe et descendent sur le plancher pour toujours tandis qu’un train m’emporte à travers nuit sans lointain.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s