Santé et bien-être, Voyages

28 juillet 2013

Un cauchemar de monde
Où les murs sont un liquide noir
Et des rires luisent au fond des yeux sans fond
Ces soleils blancs ces ronds aveugloirs
Plats comme des pièces dépleuvant du plafond
Dans une boue immonde
Est trop tôt ennuité par le soir

Cette unique rotonde
Où s’agitent de roux arrosoirs
Plantée dans une liane grimpant du tréfonds
Joue sous le ra- sur le reposoir
Une polka qui fond sur les séquestrés du plafond
Et l’on verse une ronde
Empoisonnée par d’affreux espoirs.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s