Non classé

15 juillet 2013

 

 

Né aux forges du cependant,
Il émerge un cactus où ne
Transparaît ni défilé dan-
Sable ni battement haineux.

Une face tournée vers lui,
L’aster pâle au vent se détourne ;
Du verre se balance et luit
Aux éclats que l’éclair chantourne.

Perdu dans un noir chitineux,
Rubis d’un trait fauve en dedans,
Il se forme un rictus qui ne
Naît ni des lèvres ni des dents.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s