Santé et bien-être, Voyages

25 mai 2013

Tout au bord du champ où paissent les visions
Pousse une herbe penchée, tendre inclinaison
Poissant du sol mouillé, tue comme un poison
Teinté de courant ; un passé d’éclosions.

Cette verdoyance attend dans l’irration
Que tombe la rosée sègue de raison
D’avoir trop respiré cette exhalaison
De verte démence instillant l’affliction.

Efflanquée, nue, blanche, pose en génuflexion
Une génisse au pré clamant à foison
Sa jeunesse assoiffée, presque en pâmoison,
Le mufle tremblant, et boit avec passion.

Trait mauve et orange, l’aurore en effusion
D’eaux or s’est avivée ; et pour cargaison
Rejette un bœuf crevé, croupe en calaison,
Tout au bord du champ où passe l’occasion.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s