Non classé, Santé et bien-être, Voyages

15 février 2013


Il lui vient
Un râle de méchants et d’envieux
Qui parvient
Ferlant là-haut pour de courts adieux


Les voiles
Toute
La toile
Pour que les monstres en route
Ne trouvent pas l’ocre sous leur pas
Mais il faut coûte que coûte
Contenter la horde qui n’a pas

De nom

Légion


De ronger vers !  hauteurs nues de lilas
Jeter des cartes à la figure
Des châteaux d’arrière et d’avant-hier
Que chavirent
Vents ! lors du sablier
Joie la joie libérée quand tu ! parlas
Temps hors ! du défilé
Qu’ils pâlirent
Dans nos bras de dents ! sous les rapières
Tes rêves ! ton gentil augure
Au jeter de perles nous riions las


Légion

De nom

Changeant toujours et de vues jamais
Depuis un pic qui s’éboule
On en jouit en bas – rendue par mes
Bourrasques plue par la houle
Claustrée
Roule
L’astrée


La bête déchue plissant les yeux
Redevient
Humaine cette douleur sans dieux
Qui revient.



Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s