Voyages

28 avril 2010


Des cendres à pas maudits
Font le lit de délire
Qu’étendra ma folie
Onques n’y peut guérir
C’est dans draps d’agonie
Qu’on se rit de blêmir.
L’étrange amas grossit
D’ombres qui me vêtirent ;
Des fantasmagories
Sont le cri de mes rires
Et dans chaque harmonie
Ongles qui me déchirent.
L’étendard claque aux nuits,
Sombres nuits que j’étire,
Méchant mât, drapeau gris
Contre qui le zéphyr
S’élance ; à moi ! l’honnie
Songerie de saisir
Les cent sagas sorties
D’ondes bistres les pires
Et dans l’âme appauvrie
Contre l’ivre désir
Descendra, parodie,
Songe-ci me quérir.
Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s