Voyages

2 mai 2009

Comme l’oisillon tremblant
Au bord d’un
Sinistre abîme mouvant,
Et glacé
Par la bourrasque hurlant,
Accorde un
Dernier regard, s’élevant
Elancé,

Tel, quand la nuit embrasée
A souri
Qui comme Icare a osé
La lumière,
Quitta son puits, crut viser
L’inappris;
Tel vit l’espoir s’écraser,
A l’envers.
Publicités
Par défaut

2 réflexions sur “2 mai 2009

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s