Voyages

28 novembre 2008

 
Sous ma peau tapis, les vampires indolents
Perçoivent sans pâlir l’eau salée qui gravit
Mon visage à l’envers, parapluies sur ma vie
Qui la vident et la privent du dernier élan.
 
Sur le pavé la pluie se dépose à pas lents
– Car le vent s’est levé – et s’étend en lavis
A ma vue salie, paravent de mes envies
Et la rue délavée dévale en rigolant.
 
Les vapeurs vives ondulent parfois, dévoilant
L’ombre inconsistante de l’autre en arrière-plan
Les clochers hautains baillent; il pleut sur le parvis.
 
Mon âme lessivée luit au soleil tremblant
Mais ni mon esprit ni mon coeur n’en sont plus blancs
L’éclaircie dure un temps, celui de ma survie.
 
Publicités
Par défaut

3 réflexions sur “28 novembre 2008

  1. Sylvie... dit :

    donc… Stig Larsson a écrit Millénium (j\’ai lu les 2 et 3) et le héros est Blomquist… et il était suédois. il est mort. c\’sst ce qui passe actuellement à la tévé.
    Henning Mankell écrit des romans policiers, son héros s\’appelle bien kurt Wallander. Le premier que j\’ai lu, c\’est "Le guerrier solitaire"
    j\’ai fait des confusions dans les horaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s