Voyages

31 mai 2006

 
L’arbre se tenait là, éternel gardien
De pays inconnus, au-delà des falaises,
Sentinelle immobile ; un surprenant malaise
S’emparait de tout ceux qui regardaient au loin.
 
L’arbre se tenait là, centenaire veilleur
Du royaume invisible, il semblait regarder
Les jeux des Mari Morgan avec les noyés
peuplant un monde étrange, mais peut-être meilleur…
 
C’était un beau vieux pin, bossu et tortueux
Un arbre aux branches rudes et au tronc noueux
Qui offrait ombre à tous, sur un îlot perdu.
 
Il eût caché la plage, alors on l’a coupé.
Il n’empêche que depuis lors, j’aie beau regarder
Je ne vois plus que vagues, baigneurs et roches nues.
 
 
Publicités
Par défaut

3 réflexions sur “31 mai 2006

  1. elsa dit :

    very good very good !!!
    but, what is an arbre ?
    I thing I unterstood this magnificent poem but I\’ve got the impression that I forgot an important point and I think this important point is this famous "arbre" ! no ?
    in fact, an illustration would be welcome !

  2. Ove dit :

    Dear Stephen Queen
    I hope you can speak French better than you write in English. I think a thing is not a verb. I believed you know very well the "arbre"s, lazy ai which you are! That precisely explains why you have forgotten English. I can\’t infortunately help you, because, my English is – I find – as null as your.
    Sorry!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s