Non classé

1ᵉʳ juin 2021 – Ami, je suis bien seule

Ami, je suis bien seule ;
Perdus en le brouillard
Deux baris, aucun phare,
Nuit après nuit s’esseulent.

×

Entendez qui gémit
La sirène exilée
Loin des ports, accablée ;
Je suis bien seule, ami.

×

Ami, bien seule suis,
Du fleuve retirée,
De votre ombre enivrée,
Je couche en le ressui.

×

Ne reste que l’éteule
Au grain de ma mémoire ;
Guettez tôt ma nageoire,
Car suis, ami, bien seule.

Par défaut
Non classé

Jeudi 27 mai 2021 – Les arpents de misère

Les arpents de misère
Les chariots
Le tonnerre
Les routes et les rois
Les armées de poussière
Les rafiots
Les amers
Et les amants sans foi

L’amour par désarroi
Les murs nus
Qui flamboient
Le roman solitaire
Les ombres qui charroient
L’advenu
Les abois
Et le goût de la terre

Le pouls de la colère
Le caillot
Dans l’artère
Les yeuses qui se ploient
Les sources qui s’enferrent
Les verdiaux
Qui s’enterrent
L’oiseleur et sa proie

Tous ont fui loin de moi
Car venue
Je la vois
Torche en mon finisterre
Main au bout de mes doigts
Reconnue
À ses voix
Où brûle ma lumière

Par défaut
Non classé

Jeudi 27 mai 2021 – Ce monde est le tien

Songe le monde entre tes mains

Baise-le avec tes pieds

Foule-le de tes dents

Ce monde est le tien

Prends grand soin de ne pas le gâter

Arrose-le

Avec douceur et économie

Caresse-le

Sans compter

Fais-y butiner tous les papillons

De tes yeux

Joue

Pétris

Mords

Aime

Ce monde est le tien

Ce que tu lui fais

Tu ne l’as pas volé

Par défaut
Non classé

25 mars 2021 – Comme il fait froid avant la mort

Comme il fait froid avant la mort
Parmi hommes et leurs cités
Ils postent à leurs fenêtres de grands cierges rouges et blancs
Qu’ils n’allument pas en partant
Et qui fidèles entre les immenses vagues de pierre
En leur sève brûlent secrètement
Afin que le soir s’en venant
Appelant à travers le lithique océan
L’invisible lueur les éclaire
Et qu’en approchant soulagés
Ils songent souriant :

Mon port.

Par défaut